image description

Nouvelles

Retour

Conseils pour bien se préparer à acheter ou vendre une propriété

On le sait, acheter ou vendre sa propriété est l’une des transactions les plus importantes dans une vie. Et parce que chaque transaction est unique et peut comporter son lot de surprises, l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ) chargé de protéger le public en encadrant la pratique du courtage immobilier et hypothécaire rappelle ces conseils pour bien planifier et comprendre le processus entourant toute transaction.

Conseils pour bien vous préparer à acheter ou vendre votre propriété. (Infographie CNW/OACIQ)

Vous achetez
1) Recourir aux services d’un courtier immobilier. Le courtier immobilier gère toutes les étapes reliées à votre achat, de la vigie des nouvelles propriétés arrivées sur le marché à la signature de l’acte de vente chez le notaire, afin que vous puissiez poursuivre vos occupations l’esprit tranquille. Conclure un contrat de courtage – achat avec votre courtier, c’est vous assurer que vos intérêts sont bien représentés, que la propriété convoitée est à vendre par le propriétaire ou par l’entremise d’un courtier.2) Choisir votre courtier immobilier. Afin de bien choisir votre courtier, préparez-vous une liste de questions que vous poserez à différents candidats : Connait-il la région où vous souhaitez vous installer? Comprend-il vos besoins et vos exigences? Il est primordial que vous vous sentiez à l’aise et en confiance. Vous devriez aussi vérifier s’il est titulaire d’un permis de courtage en règle en consultant le Registre des titulaires de permis sur le site de l’OACIQ.3) Analyser votre capacité financière. Avant même de débuter vos démarches, il est important d’établir un budget réaliste qui tient compte de vos habitudes de vie et de vos objectifs. Vos courtiers immobilier et hypothécaire sauront vous aider à déterminer le montant du financement dont vous aurez besoin.

4) Déterminer vos besoins. Votre capacité financière est déterminée. Maintenant : Isolée? Jumelée? Multiplex? Piscine ou pas? Garage ou pas? Prenez le temps de discuter de vos besoins avec votre courtier. Il pourra vous orienter vers des propriétés qui y correspondent afin de trouver VOTRE coup de cœur.

5) Beaucoup, beaucoup de types de prêts : 25 ou 30 ans? Ouvert ou fermé? Savez-vous quel type de prêt correspond le mieux à vos besoins? Vérifiez avec votre courtier hypothécaire, il saura vous orienter dans ce processus complexe.

6) Vous avez trouvé LA maison… et, fébrile, vous êtes prêt à remplir une promesse d’achat? Assurez-vous d’en comprendre toutes les composantes. C’est le temps de poser toutes les questions qui vous chicotent à votre courtier : le vendeur inclut-il ses électroménagers? Vous voulez le lustre de la salle à manger? Tout doit être indiqué dans la promesse d’achat.

7) L’inspection préachat. Votre courtier a l’obligation déontologique de vous recommander de faire procéder à une inspection par un professionnel ou un inspecteur en bâtiment qui satisfait à certaines exigences prévues à la règlementation.

8) La contre-proposition. Il n’y a pas que le prix qui peut jouer sur l’acceptation de votre promesse d’achat. Le vendeur pourrait vous faire une contre-proposition autant sur le prix de vente que sur le délai d’occupation. Vous n’êtes pas satisfait? Votre courtier vous aidera à rédiger une contre-proposition à votre tour.

Vous vendez

1) Recourir aux services d’un courtier immobilier. Le courtier immobilier comprend vos besoins, connaît bien le marché immobilier et vous accompagne à chaque étape de votre transaction. Il a les compétences pour vous aider à fixer le prix de vente afin de vous éviter de sous-évaluer votre propriété. Faire affaire avec un courtier, c’est aussi vous assurer que tous les contrats et formulaires sont rédigés de façon claire et sans faille.

2) Choisir votre courtier immobilier. Afin de bien choisir votre courtier, préparez-vous une liste de questions que vous poserez à différents candidats : A-t-il un horaire flexible qui lui permettra de répondre à vos questions et organiser des visites? Est-ce que ses propositions de mise en marché sont intéressantes? Il est primordial que vous vous sentiez à l’aise et en confiance. Vous devriez aussi vérifier s’il est titulaire d’un permis de courtage en règle en consultant le Registre des titulaires de permis sur le site de l’OACIQ.

3) La rétribution de votre courtier. Généralement, la rétribution est établie sur la base d’un pourcentage du prix de vente de l’immeuble. Il est possible d’envisager d’autres modes de rétribution; discutez-en avec votre courtier. Le montant et les conditions de la rétribution seront indiqués dans votre contrat de courtage.

4) La mise en marché de votre propriété. Il est bon de vous entendre avec votre courtier sur les activités promotionnelles visant à stimuler la vente de votre propriété : inscription auprès d’un service de diffusion d’information, publicité, visites libres, etc. De plus, votre courtier possède un précieux réseau de contacts qui saura certainement vous apporter de la visibilité.

5) La signature de votre contrat de courtage. Prenez le temps de lire votre contrat avec votre courtier avant de le signer et n’hésitez pas à lui poser des questions si vous n’avez pas compris certaines clauses. Tous les formulaires utilisés par les courtiers sont conçus par l’OACIQ et disponibles pour consultation sur son site Internet.

6) Les déclarations du vendeur. Le formulaire Déclarations du vendeur sur l’immeuble est essentiel pour protéger vos intérêts et ceux de l’acheteur. Vous devez y indiquer les informations concernant votre propriété telles que les servitudes ou l’infiltration d’eau, et ce, de bonne foi. Le courtier est le professionnel qui maîtrise ce formulaire. Il connaît son contenu, le vocabulaire utilisé et la façon de faire pour refléter la condition de l’immeuble.

7) Promesse d’achat et contre-proposition. Votre courtier a l’obligation de vous présenter toutes les promesses d’achat reçues. Vous pourrez alors : en accepter une; refuser avec une contre-proposition qui proposera des changements, tels qu’inclure ou exclure certains éléments ou modifier le prix de vente; ou refuser et attendre d’autres offres. C’est à cette étape que les talents de négociateur de votre courtier et sa capacité à gérer des promesses d’achat simultanées vous seront des plus utiles.

8) Le transfert de la propriété. Cette étape nécessitera la participation d’un notaire qui verra notamment à procéder à l’examen des titres et à rédiger l’acte de vente. Votre courtier continue par ailleurs de jouer un rôle central en s’assurant que tous les documents requis sont disponibles et en vous apportant son aide au besoin.

 

Source: OACIQ